Yamaha EC03 : Le deux roues électrique qui ne fait pas peur

A l'heure où le litre d'essence est à 1,6 €, il y a de quoi remettre ses déplacements en question.
Non seulement, vous comme moi, on risque d'y réfléchir à deux fois avant de sortir la voiture du garage mais c'est aussi le moment de regarder s'il n'y a pas moyen de faire autrement.

« Faire autrement », c'est justement le crédo du Yamaha EC03. Petit deux roues électrique, alimenté par une batterie Li-Ion et un moteur ultra-compact monté directement sur la roue, ce cyclo est à la portée de tous. Son gabarit est plutôt mini. Il tient plus de la mobylette que du gros scooter. Donc, pas de crainte à avoir au moment de se demander si on sera capable de le conduire; qu'on soit un homme ou une femme. Considéré comme un cyclo de classe B, tout ce qu'il vous faut pour monter dessus, c'est le permis adéquat, un casque. Et c'est parti.

Dès les premiers tours de roue, vous comprenez vite que ce Yamaha se conduit aussi facilement qu'un vélo. Sauf qu'ici, il ne faut pas pédaler! Il suffit de tourner la poignée de ce qu'on appelle communément « les gaz ».
Le module électrique qui propulse la « machine » est situé sur la roue et forme un ensemble léger, compact et surtout scellé. Pas d'entretien, pas de vidange, pas de graissage et aucun plein à faire. Théoriquement, la seule dépense liée à ce véhicule autre que les prescriptions légales (taxes et assurances) se limite à...son achat.

45 km/h !

Sur la route, le EC03 vous permettra d'atteindre 45 km/h en mode « power » (il frise même le 50 dans les descentes!) et vous offrira dans les meilleures conditions une autonomie de plus de 40 km à 30 km/h avec une seule charge de batterie (7 heures pour une charge totale).
Vous l'aurez compris, c'est surtout en ville que ce petit engin fera des merveilles. Il pourra rendre de nombreux services à tous ceux dont les déplacements sont limités. Avec un telle autonomie, pas question de faire des longs trajets intervilles mais avec un tel véhicule, vive l'agilité et la fluidité dans les petites artères citadines. Nous avons pu l'essayer sur son terrain de jeu privilégié. Le petit Yamaha se prend en main avec une facilité déconcertante. Son tableau de bord ultra-complet vous livre toutes les indications dont vous avez besoin pour gérer votre déplacement. Le reste n'est qu'un concentré d'agilité qui ne se laisse dompter par aucun bouchon.

Les entreprises devraient être les premières à se doter de quelques EC03 (il n'y en aura que 60 pour la Belgique en 2011). Pour le privé, on retrouvera sur la selle des personnes qui souhaitent montrer leur envie de préserver l'environnement.

auto_yamaha2

2499 euros. Voilà le prix de ce cyclo « green ».

Pas de prime gouvernementale pour ce véhicule particulièrement écolo mais bien la possibilité de l'intégrer dans votre déclaration fiscale si vous l'emmenez au boulot.
Il ne vous permettra pas de déménager votre grand-mère mais si vous y réfléchissez bien, il peut vous rendre pas mal de services. Quelques accessoires comme un sac adapté (75 €) peuvent encore améliorer l'ordinaire sans faire exploser votre budget.
A prendre en considération toutefois, la longévité de la batterie.

En démarrant avec un véhicule neuf, vous êtes tranquille pour 500 cycles de charge. Si vous l'utilisez souvent, il faudra donc envisager plus ou moins rapidement son remplacement. Le prix d'une telle batterie n'est pas encore connu mais on l'annonce aux alentours de 700 euros. Un coût important qu'il convient de prendre en compte pour éviter les mauvaises surprises.


Alain Hoebeke